ANALYSE DES CAUSES DE L’INSALUBRITE DANS LES COMMUNES DE BANDALUNGWA ET DE SELEMBAO

Partagez

Après analyse des principales causes de l’insalubrité dans les communes
ayant fait l’objet de la présente étude, nous constatons que la Commune de
Bandalungwa et celle ce Selembao font toutes les deux faces au problème
d’insalubrité, mais à des niveaux différents.

La Commune de Bandalungwa est à 58,31% insalubre contre 97,25 %
pour celle de Selembao. Cela s’explique par le fait la Commune de Bandalugwa dispose de quelques collecteurs d’eaux pluviales, en plus du fait que quelques avenues sont asphaltées depuis l’époque coloniale. Ce qui facilite la circulation des engins en accédant dans la majorité des quartiers pour évacuer les immondices. Alors que la Commune de Selembao construite après la période coloniale connait des sérieux problèmes d’infrastructures, manque de caniveaux et des collecteurs d’eaux pluviales, exposant la commune à des grandes menaces érosives. La commune de Selemba n’est accessible que dans les quartiers situés le long des grandes avenues By Pass et Libération. Le manque des routes empêche une circulation aisée d’engins utiles aux travaux de salubrité.

Au regard des résultats étayés ci-dessous, il faudrait :


• Pour la population:

  • Sensibiliser de plus en plus la population sur l’insalubrité et ses causes afin de favoriser l’appropriation des évacuations des immondices ;
  • Elargir le cadre de dialogue pour échanger sur les mesures à mettre en oeuvre pour diminuer l’insalubrité.

Pour l’état congolais, il faudrait :

  • Procéder au curage des caniveaux existant dans les deux communes ;
  • Construire des collecteurs adaptés aux réalités actuelles de chacune des
    communes ;
  • Evacuer des épaves le long des Avenues et routes ;
  • Associer les habitants de ces communes dans la recherche des solutions
    aux problèmes de l’insalubrité ;
  • Redynamiser le service d’hygiène communale ;
  • Appliquer des sanctions pour tout acte contribuant à l’insalubrité ;
  • Construire des infrastructures pour la collecte et recyclage des immondices;
  • Créer des cadres de dialogue où les délégués de la population pourront
    discuter avec l’autorité des problèmes concernant l’insalubrité

• Pour les Organisations de la Société Civiles (OSC), il faudrait :

  • Organiser le dialogue et la concertation afin d’acquérir les données sur
    l’évolution de l’insalubrité dans les communes étudiées ;
  • Sur base des résultats, organiser des plaidoyers/sensibilisation avec les autorités afin de leur conscientiser sur le danger et les obliger à l’insérer dans leur agenda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *