QU’EN EST IL DE LA BATAILLE CONTRE LE COVID-19 AU SUD KIVU?

Partagez

Le Sud Kivu est l’une de 26 provinces de la république Démocratique du Congo, située à l’Est du pays et frontalière aux républiques du Burundi et la république rwandaise.  

Depuis le 10 Mars 2020 sur décision du chef de l’Etat à porter à la connaissance de l’opinion publique nationale des mesures préventives contre le  CODICV-19 en RD Congo avec plusieurs cas suspectés et testés positifs.

 Ainsi, le 18 Mars2020, les 2 cas suspectés ont été testé et confirmés positifs à l’entrée de la frontière du Ruzizi, dans la commune d’Ibanda. Il a été signalé que ces deux cas, l’un provenait de Dubaï et l’autre de Burkina-Faso via l’aéroport International de Kigali, les pays de provenance de ces deux malades au COVID-19 étaient déjà sous la coupe de la pandémie.

Ainsi, pour épargner et préserver la population Bukavienne, les autorités provinciales ayant la charge au niveau  local ont appliqué les décisions et mesures nationales prévues dans la riposte,  ces deux cas ont été aussitôt mise immédiatement en quarantaine pour ne pas propager la pandémie dans la province du Sud Kivu et  deux hôtels KABANDA et BELVEDAIRE ont été réquisitionnés comme lieu de quarantaine réservé aux malades de COVID-19.

Après confirmation de ces cas au Sud Kivu  par l’Institut National des Recherches Biomédicales « INRB » les mesures locales suivantes ont été prises :

  1. L’isolement des victimes fut décidé, le 29 Mars 2020  pour le traitement qui a causé paniques, frustrations, peur, l’incertitude et  manque de confiance suite à l’absence de médicament pour traiter la pandémie, les structures sanitaires non équipées et les personnel soignant moins préparé accueillir des malades de la pandémies ;
  2. Interdiction des promenades dans la ville de Bukavu, arrêt immédiat des transports avec les territoires et réduction de passagers dans le transport à commun qui ont eu une conséquence sur les prix de transports  revue à la hausse et flambé des denrées de premières nécessités.
  3. Le port obligatoire de masque et les fermetures des lieux publics comme les églises, les écoles, les salles de fête, frontières, les barres et terrasses qui menant aux tracasseries des éléments de l’ordre publique ( Police et Militaire) suite aux prix d’amande à payer pour les infractions dues au non-respect de l’arrêté fixé par  l’autorité provinciale qui obligea de mettre les guiches  de DPMR aux bureaux de la police qui accentua d’avantage la non traçabilité des montants perçus pour le trésors public.
  4. Les interdictions aux vieillards ou les  personnes de 3eâges de circuler sans leurs prises en charge.

Ainsi, le réseau CODIC avec ses OSC membres ont multiplié les stratégies pour atténuer et prévenir la population sur la pandémie à savoir : la sensibilisation dans la ville de Bukavu et les périphériques traduit en langues : le française, en langues nationales le Swahili et le lingala et surtout en langues locales comme le Mashi, le Kirega, le Kitembo, le Kifleru, Kivira et le Kihavu pour que la population aient une bonne information et meilleures compréhensions de la pandémie du COVID-19, des mesures de la riposte et geste barrières contre la pandémie.

A cela s’ajoute la sensibilisation sur la bonne alimentation liée aux légumes et les fruits pour renforcement  l’Immunité du corps susceptible de lutter contre la pandémie et pour éviter la propagation et à la contamination des autres.

Pour clore, le slogan des militants du Droit à la Santé et les animateurs du Mouvement National du Droit à la santé «MONDAS» de la  province du Sud Kivu est : « Mieux vaut prévenir COVID-19 que le guérir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *