RAPPORT DES REUNIONS D’ECHANGES D’EXPERIENCES ENTRE LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE MEMBRES DU RESEAU CODIC

En date du 06 au 07 Mai 2018, s’est tenu dans la salle de SIFA ZA BWANA,  un atelier  d’échanges d’expérience dans la commune de KADUTU regroupant les Organisations de la Société Civile de trois communes de la ville de Bukavu membres du Collectif de Développement Intégré au Congo. Il s’agit de :

  1. Commune de Kadutu Nord, Sud et Est ;
  2. Commune d’Ibanda ;
  3. Commune de Bagira

Durant ces assises, 5 points étaient inscrits et adoptés à l’ordre du jour à savoir :

  1. La présentation des participants
  2. Explication de l’activité
  3. Exposé des expériences des comités communaux du réseau CODIC
  4. Echanges questions et réponses
  5. Défis à relever par les OSC membres du CODIC pour un plaidoyer basé sur le résultat.

Après la présentation des participants et une explication brève de l’activité, nous sommes passés directement au point porté sur les exposés d’expériences des communes de la ville de Bukavu.

  1. EXPOSE SUR LES EXPERIENCES DES COMITES COMMUNAUX DU RESEAU CODIC

Cette étape avait consistée à la présentation des activités réalisées dans le cadre de plaidoyer dans la gouvernance de l’eau des communes et les difficultés rencontrées mais aussi les solutions envisagées pour y contourner.

Objectif de l’activité : Partager  les connaissances, les difficultés et les modes de contournement pour aboutir aux résultats des plaidoyers.

  • Commune D’Ibanda

Les Organisations de la Société Civile membres du réseau CODIC réunies à Panzi  ont abouti à la réussite de plaidoyer sur la construction de 6 bornes Fontaines qui sont prises en charge par le budget participatif.

Quand au remise et reprise, cela n’avait pas été faite et n’avait pas eu lieu, mais actuellement le réseau CODIC et ses OSC membres sont parvenus à persuader le comité sortant qui est entré d’intégrer à travers une collaboration dont maintenant le résultat est qu’ils nous ont donné le numéro du compte bancaire logé à la coopérative de micro crédit de CAHI où l’on a trouvé 120$ de cotisation.

S’agissant de la gestion des bornes fontaines communautaires qui semblaient appartenir à un individu en la personne de Monsieur KAHASHA, une solution a été trouvée après l’avoir invité dans la réunion du réseau CODIC avec ses organisations membres. Nous avons effectué un débat de plus de trois heures et enfin nous sommes aboutis au résultat commun. C’est qu’il va céder les bornes sous la gestion des OSC membres du réseau CODIC à travers les Comité local de Paix et de Développement (CLPD).

Pour ce qui est du plaidoyer sur l’insécurité, nous sommes partis au bureau du Ministère provincial et celui du Bourgoumestre de la commune où nous avons rencontré quelques autorités.  Avec elles, nous nous sommes fixés un programme sur la tenue d’un cadre d’échange entre les communautés de PANZI (toutes les couches de la population et les leaders) et nous avons abouti au point qu’il faut remettre la police dans les quartiers et installer des conteneurs.

De cet entretien, le ministère a promis les ordinateurs, chose qui l’a réalisé en nous dotant 6 ordinateurs Lap Top pour ouvrir un centre d’encadrement des jeunes désœuvrés, plus de 15 TalkiHak(Motorola) aux cadres de base et la société civile membre du réseau CODIC.

Dans le quartier de NGUBA, avec le système de BIZOLA (creusement des puits domicile non entretenu que l’on fait payer de l’eau qui cause des maladies hydriques) qui est source d’approvisionnement de l’eau pour vivre et d’autres personnes sont victimes de noyade  des enfants de moins de 18 ans dans la Rivière RUZIZI pour l’Avenue GUHAMBA, BRIGIGNON, Quartier LATIN, des violences sexuelles enregistrées à des heures tardives et matinales suite à la recherche d’eau potable à la source de l’Avenue IRAMBO.

COMMUNE DE KADUTU NORD

La partie Nord de la commune de Kadutu  comprend le quartier suivant CIMPUNDA et FUNU. Les organisations membres du réseau sont parties par de plaidoyer de la gestion de la source d’eau de FUNU qui arrose toute la partie Nord de la commune de KADUTU en l’absence de la REGIDESO. C’est ce qui a fait aboutir au résultat que le Bourgmestre nous a promis qu’il signera la décision avant la fin de ce mois de juin mais pour y arriver ça n’a pas été facile car il fallait vraiment chaque fois faire de suivi non seulement avec les OSC membres du réseau mais aussi les membres du secrétariat provincial qui nous tire toujours sous ficèle car il fallait,  du fait que vraiment on n’était pas trop rodé. Mais ce qui nous fait tiquer est que le secrétariat ne voulait pas remettre le projet au bourgmestre.

Par rapport à l’assainissement, nous sommes parvenus à faire passer deux projets de construction des latrines du marché BASHO et l’autre de la canalisation de Nyamulagira et celui d’ELILA/A dans la FOQUA (Forum du Quartier) pour que ça soit pris en compte dans le budget participatif.

  • Comme difficulté majeure, il y a tiraillement entre le chef de quartier et les Organisations membres du réseau CODIC qui gèrent et accompagnent les actions de la communauté pourrésoudreles problèmes de la gestion de l’eau avec appuis et concours de tous.
  • Nous avons initié un plaidoyer de dépôt de toutes les factures à la REGIDESO après leur collecte car il n’y a pas d’eau dans le quartier ça fait déjà deux mois d’absence d’eau et une fois servie l’eau devient coloré et impropre à la consommation afin d’engager un débat à partir de ces factures qui nous servira d’outil de plaidoyer et pour cela la REGIDESO a accueilli nos factures sans problèmes mais hélas jusqu’à présent il n’y a pas des solutions durables.

COMMUNE DE KADUTU SUD

A notre niveau nous avons déjà remis notre note de plaidoyer au niveau de la commune qui s’est traduite par un projet de la décision de gestion et de cogestion des sources d’eau de NYAMUGO MAYENGE et de PAS A PAS. Signalons que ce plaidoyer se faisait en conjointe à travers les membres de comités décentralisés du CODIC au niveau des communes dont même le représentant de MOSALA était aussi présent et ceux de, NYAMUGO et BUHOLO toujours sous l’accompagnement de proximité du partenaire CODIC. Pour que cette décision soit signée,  nous intensifions le suivi.

COMMUNE DE KADUTU EST

Etant donné que le quartier NYAKALIBA, Camp TV et KARHALE compte plus de 60 000 habitants, nous avons des sérieuxproblèmes de manque d’eau au sein de ces quartiers.

Les difficultés majeures que nous avons connues c’est :

  1. Elaboration de note du plaidoyer ;
  2. Pendant 6 mois passés, il n’y avait pas eu des réunions de forum du quartier ;
  3. Non implication des chefs d’avenues dans les travaux des OSC membres du CODIC, surtout le SALONGO qui se font autours des sources d’eau NYAKALIBA, KADURU, KARALE disant qu’il n’y a rien dedans.

Par rapport à la planification des activités, les Organisations membres du réseau CODIC de la commune de KADUTU ont si démontré les difficultés ci-haut citées et sont parvenus à réaliser 85%, car ils sont dans le suivi de décision pour atteindre même 100% des résultats de la planification.

Ce  quartier  court des nombreux problèmes qui sont : l’insuffisance de l’eau dans les quartiers, impraticabilité des chemins, vente des boisons fortement alcoolisées, et l’insalubrité.

Commune de BAGIRA

C’est la commune la plus servie en approvisionnement d’eau surtout la partie Sud suite au rapprochement de tank de la REGIDESO. Mais le problème majeur est la construction anarchique des maisons sur les installations de tuyau de la REGIDESO créant à cet effet les obstacles pendant les pannes techniques dues à la canalisation d’eau et que font souffrir les autres communes.

Mais la parti Nord qui comprend les avenues CIRIRI, WESHA, MUSHEKERE où il ya plus des sources qui servent plus de gens ne sont pas même construites  malgré le plaidoyer fait pour ses insertions dans le budget participatif.

Il est à noter que plusieurs bornes Fontaines construites jadis n’approvisionnement plus d’eau suite au bouchage de réservoir au niveau de captage.

Défis de Comités du CODIC des Communes :

  1. Les comités CODIC des Communes n’ont pas de matériels et les membres sont marginalisés par d’autres membres des autres organisations qui pensent qu’ils sont salariés ;
  2. Il faut faire l’aménagement des relations avec les parties prenantes comme les cadres de base, autorités et autres organisations ;
  3. Les membres des OSC membres du CODIC font les Sacrifices énormes pendant les différentes rencontres ;
  4. Comme CODIC notre partenaire de sensibilisation, organisation de mobilisation, de monitoring et de plaidoyer n’a pas de font de construction de borne fontaine et d’entretien des sources (captage d’eau), les autres partenaires comme MERCY CORP et ASILI récupèrent les sujets de nos plaidoyers pour leurs réalisations.

Au  Bailleur

Lourdeur administrative, c’est qui serait à la base de non respect de chronogramme pour atteinte de budget participatif.

Difficultes dans le plaidoyer des comités CODIC communaux:

  1. Insuffisance des fonds de suivie ;
  2. Non prise en compte de la pérennisation des actions car pas de bureau dans les communes locales.
  3. Insuffisance des fonds de fonctionnement

CONCLUSION

Nous continuons toujours avec les plaidoyers pour trouver les solutions aux problèmes récoltés lors des enquêtes, de sensibilisation, de monitoring  ainsi la visite effectuée le 29 Juillet 2018 sous forme de plaidoyer à la société REGIDESO à l’usine de traitement et distribution d’eau à MURHUNDU nous a édifié et nous attendons la réalisation de nos recommandations portant sur :

  1. La surfacturation,
  2. La facturation par la Régideso des mois non approvisionnés en eau potable ;
  3. L’absence d’eau dans les périphéries de la ville ;
  4. L’insuffisance d’approvisionnement d’eau ;
  5. L’écoulement d’eau impropre à la consommation dans nos robinets source des maladies hydriques surtout pour les enfants de moins de 5 ans.
Please follow and like us: